UNEL

Background information:

- The internship law was proposed by the former Minister of Labour Nicolas Schmit and ACEL in March 2018

- It has been criticised by various stakeholders including UNEL and amendments have twice been published

- There were elections in October 2018 and a new minister of labour was elected: Dan Kersch

- UNEL has met with the Minister, Corporations (UEL), Chamber for Employees (CSL) & ACEL to lobby for our demands

- A compromise has been published on the 24.05.19 between the above-mentioned stakeholders: the Minister, Corporations (UEL), Chamber for Employees (CSL) & ACEL. Whereas new amendments have been decided upon

- This law regulates Internships conducted during high school or throughout university studies. Formation Professionelle (VET) is regulated through another law

- This law HAS NOT YET been voted upon and HAS NOT YET BEEN ENACTED

- Up to now, no details have been published regarding when the law will be voted upon and when it will be enacted

 

The Compromise:

- Mandatory internships, as being part of the university’s curriculum, and non-mandatory internships will ALL be PAID NOW. This was not the case with the former version of the law proposal and was a major demand from UNEL

Furthermore, the payment for non-mandatory internships, which are conducted after one receives a Bachelor degree,  will be based on the QUALIFFIED MINIMUM WAGE, which was also one of our demands

 

Mandatory Internships

Non-mandatory Internships

 

Bachelor

Master

During Bachelor

After Bachelor

4 Weeks-

3 Months

30%unqualified minimum wage

30%unqualified minimum wage

50%unqualified minimum wage

50%qualified minimum wage

3 + Months

30%unqualified minimum wage *

30%unqualified minimum wage

75%unqualified minimum wage

75%qualified minimum wage

                                           *  - unqualified minimum wage (01.19): 2.071,10€

                                               - qualified minimum wage (01.19): 2.485,32€

 - Now, it will be possible to conduct an orientation internship after acquiring a Highschool Diploma (Diplôme de fin d’etudes secondaires) or a Bachelor Degree. This will be possible from the moment of the acquisition until one year later, whereas, the internship can have a maximum duration of 6 months

- With this compromise, every Intern has the right to get a tutor, an evaluation, guidance throughout the internship and the role and tasks of the tutors are better defined

- It is possible to do part-time internships with adapted remuneration

- It is not possible to do internships after one acquires a Master’s degree

- There are no limitations for employers regarding the number of interns they can have per company/organisation with mandatory Internships. However, there are limitations regarding non-mandatory internship, to reduce exploitation, whereas, the total workforce cannot be composed of more than 10% of interns. This limitation will be lifted during Luxembourgish summer holidays from July until beginning of September

UNEL’s Criticism:

- We are criticising that there is no grading of remuneration with mandatory internships compared to non-mandatory internships. Hence, mandatory internship will always be calculated with 30% of the unqualified minimum wage instead of a higher percentage from 3 months on

- We have concerns regarding the unregulated allowance of interns per company and we hope there will not be exploitation. If so, limitation must also be installed for mandatory internships to guarantee the quality of internships  

- There are still a lot of details and unclarities which need to be discussed and regulated, such as: the regulation of overtime, if one can re-new the convention de stage, if interns can pay contributions to the pension fund etc.

 

 

 

À quelques jours des élection européennes, l’Union Nationale des étudiant⸱e⸱s du Luxembourg (UNEL) encourage tous les jeunes citoyens européens à se rendre dans l’isoloir. 2019 a commencé avec des événements qui ne sont pas courant en Europe. La solidarité entre les jeunes dénonçant la politique climatique nationale, européenne et internationale, s’exprimant par les grèves de « Fridays for Future », a beaucoup touché l’UNEL. « Membre de l’OBESSU (Organising Bureau of European School Student Unions), nous voyons régulièrement nos collègues européens appeler au rassemblement pour les marches pour le climat. Nous étions donc heureux de voir que de nombreux jeunes du Luxembourg se sont aussi décidés à rejoindre le mouvement et à hausser leurs voix pour dénoncer les failles du système et faire partie intégrante du changement qui influencera leurs futurs. » précise Vicky Reichling, porte-parole de l’UNEL.


Solidaire avec le mouvement international « Fridays for Future », l’UNEL encourage la jeunesse à continuer leur combat pour une politique climatique plus durable et prenant en compte l’urgence du problème. Pour ces raisons l’UNEL rappelle l’importance du vote en ces temps. Malheureusement récemment le Brexit, entre autres, nous a montré que la sous-représentation des jeunes lors d’un moment décisif pouvait avoir des conséquences désastreuses. Le sort de l’Europe à l’issue des élections du 26 mai prochain, sera fatidique pour notre futur. « La coopération européenne nous a permis de créer de nombreuses initiatives profitant aux jeunes. Dans un pays comme le Luxembourg, où beaucoup de jeunes partent étudier à l’étranger, il est important de garantir un cadre européen pour les études supérieures. De plus, il ne faut pas oublier que le programme Erasmus+, dont profite un certain nombre de jeunes, est une importante expérience hors du commun et bénéfique à la jeunesse européenne. », relève Madame Reichling. L’UNEL représentant également le Luxembourg à l’Union Européenne des Étudiants (ESU), elle relève l’importance d’une action européenne et solidaire pour garantir la meilleure éducation possible pour tou⸱te⸱s les étudiant⸱e⸱s européens. D’ailleurs, au dernier Board Meeting en Avril 2019, l’ESU a déclaré que les enjeux environnementaux étaient une priorité dans leur plan de travail, comme cela va avoir de nombreuses répercussions sur l’avenir des étudiant⸱e⸱s.


Ainsi Mme Reichling conclut que « Ces élections sont primordiales pour un avenir social et écologique. Ainsi nous appelons tous les jeunes à se présenter aux urnes ce dimanche pour voter pour la solidarité et pas la peur, propagé par l'extrême droite »

Hannergrond Informatiounen:

- Gesetz gouf am März 2018 proposéiert vun der ACEL an dem fréieren Aarbechtsminister Nicolas Schmit

- Et gouf kritiséiert vun diversen Acteuren ënner Anerem der UNEL an et goufen 2 mol Amendementer proposéiert

- Et waren néi Wahlen am Oktober 2018 an en néien Aarbechtsminister gouf gewielt: den Dan Kersch

- D’UNEL huet sech mam Minister, Patronat (UEL), Chambre de Salariés (CSL), & ACEL getraff fir iwwer eis Fuerderungen sech auszetauschen

- Et ass en Accord publizéiert ginn den 24.05 zweschent Patronat (UEL), Chambre de Salariés (CSL), Ministère, ACEL & UNEL wou néi Amendementer festgehalen gouf

- Gesetz reegelt Stagen déi wärend dem Lycée an dem Studium gemaach ginn. Formation professionelle ass iwwert en anert Gesetz gereegelt

- Gesetz ass NACH NET gestëmmt an ass NACH NET AKRAAFTGETRUEDEN

- Et sinn nach keng genau Informatiounen raus wini et gestëmmt gëtt oder akraaft trëtt mee et wärt nach dëst Joer sinn

 

Den Kompromëss:

- Stagen déi obligatoresch vun der Uni gefuerdert ginn oder ob fräiwëlleger Basis sinn, ginn lo ALL BEZUELT. Dëst war net den Fall bei der aler Versioun vum Gesetz an war eng Haaptfuerderung vun der UNEL. Och ginn fakultativ Stagen no engem Bachelor Diplôme mam QUALIFIZÉIERTEN MINDESTLOUN  gerechent dat war och eng Fuerderung vun eis:

 

Obligatoresch Stagen

Fakultativ Stagen

 

Bachelor

Master

Während Bachelor

Nom Bachelor

4 Wochen-3 Méint

30% onqualifizéierten Mindestloun

30% qualifizéierten Mindestloun

50% onqualifizéierten Mindestloun

50% qualifizéierten Mindestloun

3 + Méint

30% onqualifizéierten Mindestloun *

30% qualifizéierten Mindestloun

75% onqualifizéierten Mindestloun

75% qualifizéierten Mindestloun

                                           *  - onqualifizéierten Mindestloun (01.19): 2.071,10€

                                               - qualifizéierten Mindestloun (01.19): 2.485,32€

 - Et ass lo méiglech en Stage ze maachen wärend enger Period vun 1 Joer no engem Diplôme de fin d’etudes secondaires an nom Bachelor. Den But ass Méiglechkeet ze hunn Stagen ze maachen fir sech z’Orientéieren. Maximal dauer vum Stage ass 6 Méint

- All Studéirenden am Stage huet lo en Recht op en Tuteur, en Bilan, Begleedung an role vum tuteur ass besser definéiert

- Et ass méiglech Stagen ze maachen am Temps-Partiel

- Et ass net méiglech Stagen ze maachen no engem Master

- Et ginn keng Limitten bei den obligatoreschen Stagen mee bei fakultativen Stagen dierf eng Firma net méi wei 10% vun hirem effectif hunn déi Stagiairen sinn fir Abus ze minimiséieren. Des Limitt gëtt opgehuewen wärend der Summervakanz vun Juli-ufanks September

 

UNEL Kritikpunkten:

- Mir kritiséieren dass Bezuelung bei obligatoreschen Stagen net gestaffelt ass wei bei den fakultativen Stagen och an bei 30% bleift am Platz erop ze goen ab engem Stage den méi laang dauert wei 3 Méint

- Mir hunn bedenken bei den Limitten vun Stagiairen pro Firma an hoffen dass et net zu Abus kënnt, soss mussen Limitten agefouert ginn och bei obligatoreschen Stagen fir d’Qualitéit vum Stage ze garantéieren

- Et mussen nach vill Saachen diskutéiert an reglementéiert ginn wei zb. Wei Iwwerstonnen gereegelt sinn, op een Conventiounen verlängeren kann, ob Stagiairen an Pensiounskees abezuelen etc.

 

 

Il y a plus d’un an que l’ancien ministre Nicolas Schmit a déposé le projet de loi 7265, portant sur les stages et les jobs étudiants, à la Chambre des Députés. Ce premier anniversaire étant bien passé inaperçu, certaines évolutions se doivent d’être relevées.

De nombreuses critiques venant de différentes chambres, ainsi que de l’Union nationale des étudiant.e.s du Luxembourg  (UNEL) ont été exprimées.  L’organisation estudiantine affirmait que la proposition rendait l’exploitation de la jeunesse possible et ainsi augmentait le risque de tomber dans la précarité. « Entre-temps les conditions ont changé: grâce au changement du gouvernement, la création d’une délégation d'étudiant.e.s à l’Université de Luxembourg et un dialogue renforcé avec les différents acteurs, notamment avec l’ACEL, de nouvelles idées et propositions ont vu le jour » souligne Vicky Reichling, porte-parole de l’UNEL.

Ainsi, l’UNEL, la délégation des étudiants de l’Université du Luxembourg et la Chambre des Salariés demandent une rémunération pour tous les stages, obligatoires et facultatifs, d’une durée supérieure à un mois.  L’ACEL ne s’oppose pas à une rémunération universelle, si celle-ci n’entraîne pas une diminution de l’offre totale des stages. « L’accès aux stages est pour nous primordial. Ce projet de loi ne doit pas avoir pour conséquence que des étudiant.e.s ne trouvent pas de stages, et que cela entrave la validation de leurs obligations scolaires et entrave ainsi aussi leurs études. » estime Pascal Thinnes, président de l’ACEL.

Subcategories