UNEL

 

                                                                                                                                                     

 

Il y a un lien étroit entre la nouvelle réforme du secondaire et celle des aides financières quand il s’agit de la transparence, de la communication et des discussions de critiques constructives des différentes parties prenantes avec le Ministère de l’Éducation nationale. Après un entretien entre le Ministre Claude Meisch et les deux syndicats - SEW pour les enseignants et UNEL pour les élèves - ces deux derniers ressentent une réticence du Ministre Meisch à modifier et à discuter sa réforme. Cette attitude est inacceptable vu que la réforme souligne la volonté du Ministère de se déresponsabiliser et d’augmenter la responsabilité des lycées, ce qui semble raisonnable à première vue mais plus au deuxième coup d’œil. 

 

Monsieur le Ministre Claude Meisch

Ministre de l’Éducation nationale,

De l’Enfance et de la Jeunesse

L-2926 Luxembourg

                                                                                                                                                                                            Luxembourg, le 6 mars 2017

 

Objet : Décalage de la date de prise de décision des dispenses pour les examens de l’année terminal


 

Monsieur le Ministre,

Nous aimerions par ce courrier attirer votre attention sur certaines plaintes que nous avons reçues de la part d’élèves et d’enseignants, au sujet du choix définitif dans les examens de l’année terminale du régime secondaire technique.

Comme cela a été publié dans le document « Examen de fin d’études », la date butoir pour le choix des matières à présenter à l’examen est le 3 avril 2017 pour le régime technique. Or, cela semble étrange par rapport aux dernières années où le choix définitif devait être rendu plus tard dans l’année pour assurer que les élèves aient un aperçu de leur note annuelle.

Conformément à la loi concernant la section « information de l’élève et des parents de l’élève », il est mentionné que :

« Les notes des devoirs en classe sont communiquées aux élèves au plus tard trois jours avant le devoir en classe suivant. Toutes les notes sont communiquées aux élèves avant la délibération du conseil de classe. Les enseignants précisent les critères de correction et informent les élèves sur leurs difficultés et leurs progrès, notamment par un commentaire écrit remis aux élèves avec les devoirs corrigés. »

La date imposée pour le choix définitif du 3 avril est en plein milieu du second semestre, période à laquelle des évaluations décisives sont encore prévues. De plus, cette date implique que l’élève doive faire son choix sans information préalable sur ses notes, comme aucun conseil de classe n’aura eu lieu auparavant. L’UNEL remet sincèrement en question ce délai, en particulier au vue des dates des années précédentes, qui sont énumérées ci-dessous avec le dernier jour de classe officiel comme référence :

Année

Date pour le choix définitif

Dernier jour de classe officiel

2016 - 2017

3 avril

19 mai (cf. « Examen de fin d’études »)

2015 - 2016

13 mai

13 mai

2014 - 2015

27 avril (examens oraux)

13 mai (dispenses examens    écrits)

13 mai

2013 - 2014

7 mai

9 mai

       

Afin de promouvoir la réussite des élèves aux examens de fin d’études, le ministère devrait essayer d’éliminer les obstacles administratifs et d’organisation, de sorte que la réussite ne ressorte que des compétences de l’élève. Toutefois, cette situation particulière est le fruit d’une faute d’organisation et d’une incohérence par rapport aux délais des années précédentes. Ceci est inacceptable, étant donné que les élèves devraient pouvoir fonder leurs décisions pour les dispenses et les examens oraux sur la base de leur note annuelle. De plus, ce choix de date n'a pas été discuté avec les syndicats respectifs et cette situation aurait pu être ainsi évitée.

Par conséquent, l’UNEL demande que la date butoir pour le choix définitif soit reculée à la fin du second semestre, aux environs du 19 mai 2017, au lieu du 3 avril 2017, afin d’assurer que chaque élève ait eu accès à ses évaluations. En effet, à cette date, les conseils de classes auront été obligés de transmettre les notes annuelles définitives, nécessaires au « bilan de l’année scolaire ».

Or, nous sommes conscients que la coordination des examens de fin d’études n’est pas chose facile, et que dans le cas où le ministère ne pourrait pas gérer une réorganisation de dernière minute, nous proposons un compromis : l’échéance des choix définitifs de langues pour les examens oraux restera le 3 avril, à condition que notre demande de changement pour la date des choix définitifs pour les dispenses des examens écrits soit reculée à une date autour du 19 mai 2017.

 En espérant que vous partagiez notre point de vue, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments les plus distingués.  

 

Pour l’UNEL

Lisa Kersch

Porte-Parole

Am 6. März hat die Schüler*innen- und Studierendenorganisation UNEL in einem offenen Brief an Minister Meisch das diesjährige Datum zur Wahl der "Dispensen" in den schriftlichen und mündlichen Prüfungen im "Régime technique" beanstandet.

In den letzten Jahren war es gängige Praxis, dass die Schüler*innen bis Ende des Schuljahres Zeit hatten die endgültige Wahl ("choix définitif") der "Dispensen" zu treffen. In diesem Jahr wurde dieses Datum vom Ministerium auf den 3. April vorverlegt. Dies führt dazu, dass die Schüler*innen der 13e-Klassen gezwungen sind, die Wahl ihrer "Dispensen" ohne Kenntnis ihres Jahresdurchschnitts in den jeweiligen Fächern zu treffen. So verringern sich die Chancen die bestmögliche Punktanzahl im Abschlussexamen zu erreichen. Aus Sicht der UNEL darf ein solcher Formfehler unter keinen Umständen über die Zukunft der Schüler*innen entscheiden.

Die Studierenden- und Schüler*innenorganisation UNEL reagiert mit Freude auf die Mitteilung der Regierung einen kostenlosen öffentlichen Transport für Studierende bis 30 Jahre und Jugendliche  bis 20 Jahre zur Verfügung zu stellen und gratuliert dabei auch der ACEL für das Verhandlungsresultat. „Zwei Jahre nachdem die UNEL das erste Mal mit dem Nachhaltigkeitsministerium über die Möglichkeit eines gebührenfreien Transports geredet hat, wurde diese Forderung nun umgesetzt. Eine weitere Etappe für eine grüne Wende in Luxemburg ist damit erreicht worden. Der Weg ist allerdings noch lang, um aus dem Autoland Luxemburg ein Musterschüler in Sachen Ökologie und Nachhaltigkeit zu gestalten.“, so Lisa Kersch, Pressesprecherin der UNEL.